Bonsoir à toutes et à tous!

Comme vous avez pu le voir sur le calendrier, ce dimanche Patrik nous a proposé un stage pour tenter de nous donner quelques notions en cas de situations qui deviennent TRES TRES vite délicates lorsque notre agresseur se trouve équipé d’un couteau.

Ce que je vous propose dans ce sujet, c’est de faire un petit bilan de cette après-midi en détaillant les techniques qui ont été abordées, la manière dont celles-ci ont été expliquées (et oui on va pouvoir critiquer un peu le coach :-p ) et ce que vous en avez retenu.

Le programme

–  Attaques au couteau

Alors avant de pouvoir esquiver ou bloquer une attaque, nous devions être capable d’attaquer nous même notre partenaire pour se rapprocher d’une situation réelle d’agression.  Les techniques d’attaque les plus courantes ont été passées en revue telles que:

  • Attaque piquées.
  • Attaques coupées.
  • Attaques circulaires.

Dans cette partie du stage nous nous sommes rapidement rendu compte que nous ne sommes pas des tueurs nées, et bien heureusement d’ailleurs! Suite à cette rapide formation en découpage nous pouvions rentrer dans le vif  du sujet !

–  Défenses contre les menaces

Dans une bonne partie des agressions au couteau , cela débute par une menace de la part de l’agresseur, dans le but de récupérer nos biens qui peuvent nous paraître précieux. Dans ce cas si vous le pouvez la règle prioritaire reste de NE PAS LUTTER CELA N’EN VAUT PAS LE COUP! Cependant si vous sentez que la situation risque de dégénérer en votre défaveurs, quelques techniques permettent de TENTER de s’en sortir.Les techniques abordées ont été les suivantes:

  • Défense contre une menace avec couteau piqué sous le menton.
  • Défense contre une menace avec couteau sur la gorge et nuque bloquée.
  • Défense contre une menace avec couteau sur la carotide.

Et je ne sais pas pour les participants, mais pour ma part j’ai trouvé que déjà avec un couteau en plastique (quoi que j’ai encore des doutes sur le fait que celui de Patrik soit un faux…)  la situation était relativement impressionnante et difficile à aborder. Sur de nombreux essais nous arrivions à nous dégager mais la lame du couteau venait nous chatouiller l’avant-bras ou la gorge. Le problème c’est que dans la “vrai” vie nous n’aurons doit qu’à une seule chance…

Bien que chaque technique fût bien détaillée, certaines sont difficiles à assimiler de par leur complexité et ne permettent ABSOLUMENT pas à quelqu’un de se sentir prêt au combat de rue face à  une personne équipée d’une arme blanche, après une seule après-midi de pratique.

Défenses contre les attaques

Bien pour réchauffer un peu les troupes cette partie du stage débuta par un combat au couteau. Chaque binôme se retrouvait alors en duel, et chacun des partenaires devait essayer d’attaquer son adversaire dans une zone qui allait du  du cou jusqu’aux pieds. Dès que l’un d’entre nous était touché celui-ci devait arrêter un bref instant le combat pour simuler une blessure. Suite à cela nous pouvions aborder:

  • Les défenses contre les attaques circulaires au visage.
  • Les défenses contre les attaques circulaires latérales.
  • Les défenses contre les attaques piquées.

Avant tout il faut savoir que 90% des personnes agressées au couteau et qui malheureusement ont été touchées n’ont pas vu le couteau tellement l’attaque fut rapide. C’est pourquoi l’une des meilleurs solutions reste de saisir un objet à proximité, et je pense que nous avons pu tous valider l’efficacité redoutable d’une chaise en plastique… Cela peut faire sourire, mais pour ma part le premier coup j’y suis allé bien fort (comme à mon habitude certains diront…) et lorsque mon partenaire m’a stoppé j’ai vraiment ressentis l’impact (mes épaules et avant-bras s’en souviennent encore!). La chaise en plastique n’est pas le seul objet que nous pouvons utiliser, nous pourrons noter par exemple: les extincteurs, magazines (rouler cela devient un moyen d’esquive qui, contrairement à vos avant-bras, ne craint pas les lacérations) ou encore un stylo bic.

Contrairement aux menaces, le temps de réaction et la rapidité à laquelle nous sommes en mesure de synchroniser nos mouvements sont décisifs dans la réussite de ces parades. Autrement dit les chances de réussites sont très minces…

Bilan

Le stage s’est achevé sur une révision de l’ensemble des techniques apprises en binôme, et c’est la que nous avons ressentis la nécessité de travailler inlassablement celles-ci. En effet Patrik n’a eu de cesse de nous le répéter, mais ce n’est pas avec 4 heures que nous allons être en mesure de stopper un couteau avec la tranche de la main, grand sourire aux lèvres, en regardant notre agresseur dans les yeux et finir par lui dire : même pas mal… Ça ce n’est pas la vrai vie.

Malheureusement nous n’avions pas pensé à prendre d’appareil photo, c’est pourquoi nous invitons tous les participants à laisser un commentaire sur cet article, de manière à récolter vos ressentis par rapport à cette après-midi enrichissante mais relativement intensive. Pour se faire rien de plus simple connectez-vous et cliquez sur faire un commentaire en bas de cet article.

Voila, j’espère que cette description vous a permis de partager les quelques sensations que nous avons pu ressentir (très douloureuses parfois…) et surtout d’en retenir l’essentiel: face à un couteau nous ne ne faisons pas le poids.

En vous souhaitant à toutes et à tous de passer de très bonnes fêtes, je vous laisse à vos entraînements quotidiens!

Kévin

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire