Directeur Technique

Richard Douieb

C’est a l’âge de 16 ans que Richard Douieb quitte la France pour l’Israël et y apprend toutes sorte d’art martiaux dont le Krav-Maga.Quand il revient en France en 1980, il pratique différentes diciplines telle que le judo, le ju-jistu ou encore la boxe thai et la boxe américaine qu’il enseigne et qui va le conduire a un titre de champion de France en 1983.

Puis Richard retourne en Israël afin de passer ses dans de Krav-Maga ainsi que son diplôme d’éducateur physique agrée par l’éducation nationale israélienne.

A la fin des année 1980 il est nommée représentant officiel du Krav-Maga en Europe par Imi Lichtenfeld en personne. Il va ainsi donner ses premiers stages en Suisse, puis deviens le formateur exclusif du G.I.G.N en France.Richard enseigne actuellement le Krav-Maga a Paris tout en continuant ses activité au sein du G.I.G.N.

Quelques mises au point nécessaires

Que dire sur certaines disciplines aux noms étrangement similaires a la nôtre. Il est évident que leurs syntheses n’ont de commun avec le Krav-Maga que la dénomination approchante. Ces soi-disant grands maîtres se sont vus décernés leur grade par eux-meme, avec une suffisance qui n’atteint dans son ampleur que leur nombre de dan auto attribués.

Lorsque l’on va jusqu’a dire que sa discipline est un mélange de boxe américaine et de Krav-Maga ou que l’on s’inspire d’arts Martiaux codifiés par des reglements stricts, il est évident que l’on a rien compris de l’essence de notre pratique. Le Krav-Maga est un Art Martial complet et en tant que tel on est obligé d’y retrouver des techniques inhérentes ailleurs. Ce qui fait notre originalité ce ne sont pas ces techniques mais la maniere de les utiliser et surtout le moyen dans la pratique de réduire les risques a leur minimum. Le Krav-Maga n’est pas un Art Martial en plus. Si deux pratiquants utilisent un meme coup de poing ou de pied ou un meme dégagement d’étranglement, je pourrais discerner lequel des deux pratique notre discipline.

Je m’insurge également contre quelques véritables enseignants d’un niveau moyen, dont le travail prioritaire est de former d’autres enseignants en quelques jours, et bien sur pas tres bien mais en tout cas pour tres cher, sur lesquels ils regneront sans partage, sans convivialité, et avec une déontologie qui ferait rougir de honte mon maître Imi dont ils se réclament pourtant.

Enfin pour en terminer avec cette mise au point sur le parasitage obligé d’une méthode dont le succes va croissant, j’ajouterais que le motif de ma colere ne vient pas de l’inquiétude que je pourrais avoir sur le développement de la FEKM qui ne craint rien de ces éléments négligeables, mais plutôt du tort que ces faux enseignants procurent a leurs quelques éleves qui sont venus se ranger de toute bonne foi sous la responsabilité de ces irresponsables prets a les abuser pour assouvir leur petit besoin de pouvoir.